Solution

FUE

Follicular Unit Extraction en abrégé FUE veut dire extraction d’unité folliculaire.

C’est actuellement la principale technique de micro greffe capillaire.

Cette technique (FUE) consiste en l’extraction des greffons, avec découpage de la peau autour de ceux-ci, par une lame circulaire au niveau de la zone donneuse. Cette lame circulaire (punch en anglais) que nous utilisons pour la découpe à un diamètre entre 0.8 et 1.0 cm. Les greffons récoltés, sont implantés au niveau du site receveur (zone dégarnie) où des incisions ont été préalablement faites, par le médecin.

Tout ceci se fait sous anesthésie locale.

Cette technique (FUE) a pour principal avantage de ne pas laisser de cicatrice visible au niveau du site donneur.

L’inconvénient majeur de cette technique est le temps que prend l’intervention par rapport à la technique de la bandelette (FUT) par exemple. Ce désavantage est quelque peu pondéré par l’usage de plus en plus de la motorisation en FUE qui permet d’accélérer la cadence du travail.

Le rasage de la zone donneuse est souvent nécessaire pour le prélèvement des greffons dans de bonnes conditions. Ce qui constitue également un désavantage, dans une moindre mesure.

Une solution à ce dernier inconvénient et le développement du rasage en travée ou Patchty.

PATCHY ou Rasage en tranchée

C’est une solution qui a été élaborée pour pallier l’inconvénient de devoir raser la zone donneuse du patient (surtout les femmes) lors du prélèvement des greffons en FUE.

Les tranchées obtenues après rasage au niveau de la couronne, sont couvertes et masquées par les cheveux juste au-dessus. Lorsque ce rasage en tranchée est bien réalisé, l’entourage du patient ne pourra pas se rendre compte de l’intervention.

FUT

Follicular Unit Transplantation (en abregé FUT) signifie Transplantation d’Unité Folliculaire ou Greffe d’Unité Folliculaire. Cette technique s’est développée au début des années 2000, avec la micro greffe capillaire.

Le prélèvement des greffons, au niveau de la zone donneuse, se fait en découpant une bandelette (strip en anglais) au niveau de la couronne suivant la direction d’une oreille vers l’autre. La taille (longueur et largeur) de cette bandelette dépend de la quantité de greffons que l’on souhaite obtenir.

Cette bandelette de peau est confiée aux assistants pour un découpage minutieux sous microscope, qui permettra de séparer les greffons entre eux. Pendant ce temps, le médecin procède à la fermeture de la cicatrice au niveau de la couronne par des points de suture ou par des agrafes.

Les greffons récoltés après découpage de la bandelette, sont implantés au niveau de la zone receveuse (zone dégarnie) où des incisions ont été préalablement faites.

Tout ceci se fait sous anesthésie locale.

Cette technique (FUT) a pour principal avantage le gain de temps lors la réalisation de la greffe. Selon diverses estimations, on avance 2 à 3 fois plus vite lors d’une FUT par rapport à une FUE. Mais cette estimation est de plus en plus pondérée par l’usage de la motorisation en FUE.

Un autre avantage, non le moindre, c’est le fait de ne pas devoir raser le patient au niveau de la couronne.

L’inconvénient majeur de cette technique est la cicatrice que l’on garde au niveau de la zone de prélèvement. Cette cicatrice peut être masquée lorsque le patient porte des longs cheveux, mais elle devient visible lorsque les cheveux sont coupés court. Il y a des techniques (e.a. la Suture Trichophytique ou Trichophytic Closure ) qui ont été développées pour la suture de la zone donneuse dans le but d’avoir une cicatrice, la plus fine possible, mais elle persiste et parfois s’épaissit.

BHT

BHT (Body Hair Transplantation) ou Transplantation capillaire par les poils du corps est une solution de plus en plus utilisée pour palier à une diminution voire un manque de ressource en greffons au niveau de la zone donneuse habituelle lors d’une greffe des cheveux.

La couronne demeure la zone de choix pour le prélèvement des greffons. Lorsque le potentiel donneur de celui-ci se restreint du fait de sa taille réduite ou bien par une sollicitation très importante, les poils du corps peuvent servir de greffons avec un résultat tout à fait satisfaisant.

Ces poils peuvent être prélevés à divers endroit du corps tels les aisselles, le torse, le pubis, les membres inférieurs et supérieurs. Il est important d’évaluer la cicatrisation de la personne chez qui l’on souhaite réaliser un BHT. Dans les meilleurs cas, il persiste des taches de dépigmentation à l’endroit du prélèvement du poil. Toutefois, dans les pires cas, on peut avoir des chéloïdes (cicatrices hypertrophiques) chez des personnes prédisposées à les développer.

Lorsque les points de prélèvements sont trop rapprochés ou encore l’usage des punchs dont le diamètre est important (>2 mm), cela peut également donner lieu à une cicatrisation disgracieuse à l’endroit du prélèvement.

Les poils du corps sont pour la plupart uni-folliculaire et dans une moindre mesure multi-folliculaire. La densité obtenue lors de leur usage en transplantation capillaire n’est donc pas toujours exceptionnelle. C’est ainsi que nous les utilisons principalement en complément des greffons recueillis au niveau de la couronne.

ABAISSEMENT DE LA LIGNE ANTÉRIEURE

Le positionnement de la ligne frontale est très variable d’une personne à l’autre.
Cette ligne se situe le plus souvent entre 6 et 7cm, au dessus des sourcils chez la femme, et entre 6 et 8cm en moyenne chez l’homme.

Plus de 15% de la population féminine présentent une ligne frontale haute, c’est à dire une ligne frontale située au delà de 6cm. C’est une caractéristique héréditaire et naturelle qui se retrouve plus volontiers dans certaines régions du monde tel le Moyen Orient (la Chine en Particulier).

Cette ligne frontale haute est parfois la conséquence de traitements particuliers et traumatiques du cuir chevelu. Les cheveux tirés vers l’arrière, les tresses, le défrisage (surtout chez les femmes noires) représentent autant des microtraumatismes qui finissent par dégarnir de manière définitive les tempes et le front aboutissant à un recul de la ligne frontale.
Alors que la ligne frontale haute est considérée comme un critère de beauté dans certaines cultures, elle est parfois considérée comme un trait masculin dans la culture occidentale principalement.

Ici la transplantation capillaire consiste à rabaisser la ligne antérieure tout simplement, la zone donneuse n’étant pas abimée donne de bon résultat. La réussite de cette technique dépend en grande partie du sens artistique du médecin. Le résultat définitif n’est à apprécier que 12 mois plus tard, le temps de permettre la pousse des cheveux transplantés.

CORRECTION PLUG

Plug est un terme anglais utilisé pour désigner un greffon en touffe localisé à un endroit inadapté.

Les Plugs sont malheureusement encore visibles de nos jours, sur la tête de certains patients.

Ces derniers ont subi des greffes de cheveux soit avec du matériel inadapté (par exemple un punch ou lame circulaire dont la taille est largement supérieure à 1mm et pouvant parfois atteindre 5 mm), soit par une équipe dont la compétence est discutable ou même les deux.

Ces plugs étaient surtout visibles dans les années 80-90.

Les punchs ou lames circulaires utilisés à l’époque étaient de grands diamètres (4mm en moyenne).

Avec l’essor de la microgreffe capillaire au début des années 2000, nous avons des résultats de plus en plus naturels en transplantation.  Les images en « Champs de poireaux » ont quasiment disparu.

La taille des punchs a considérablement diminué descendant même souvent en dessous du mm.

Malgré ce qui précède, il nous arrive encore de rencontrer des patients avec des plugs sur la tête.

La correction des plugs consiste à les retirer après découpe de la peau autour.  Nous utilisons un punch de 1 à 1.1mm de diamètre. L’orifice que laisse l’extraction du plug peut nécessiter un rapprochement des berges, en y insérant un point de suture. Cela permet de réduire le risque de cicatrice visible.

Le plug retiré est soit réimplanté comme tel à un endroit plus adapté où il servira à augmenter la densité de la chevelure, soit découpé au microscope et séparé en greffons de 1 ou 2 cheveux qui seront par la suite réimplantés là où on les a retiré ou bien ailleurs.

Cette correction permet de retrouver un aspect naturel de la chevelure.

Barbe

Les poils de la barbe servent, par moment, de ressource en greffons lors de la greffe capillaire. Cela est d’usage chez des personnes qui ont une surface à greffer très étendue alors que leur couronne ne peut fournir suffisamment de greffons.

Les greffons provenant de la barbe (et moustache) sont très similaires au greffons provenant de la couronne à un détail près. Le diamètre moyen des greffons issus de la barbe est plus grand que celui des cheveux. Cela leur confère une épaisseur et une raideur plus conséquentes que les cheveux en général.

Cela a pour conséquence que ces greffons, issus de la barbe, ne peuvent pas être utilisés n’importe où et n’importe comment. Ils sont à éviter en périphérie du cuir chevelu surtout à la ligne frontale. Leurs épaisseurs et leurs raideurs font qu’ils sont facilement visualisables parmi les autres cheveux surtout lorsque les cheveux sont de petite taille. Nous utilisons ce type de greffons pour densifier principalement le sommet du crâne et le vertex. Leur usage ailleurs est plus délicat pour les raisons évoquées ci- haut.

Il y a une demande de plus en plus forte, en greffe capillaire au niveau de la barbe chez certaines personnes pour des raisons diverses : religion, virilité, esthétique… Les greffons utilisés pour ce cas de figure sont principalement prélevés au niveau de la couronne. Les résultats sont généralement bons et naturels.